Quelle politique de protection des noms de domaines sur Internet ?

Un article paru le 16 juillet 2010 (Une copie du site du ministère des affaires étrangères diffuse de fausses informations) paru sur Zdnet remet d’actualité la question de la protection de ses noms de domaines.

En effet lors de la création d’un site Internet et du dépôt du nom de domaine associé il arrive trop fréquemment d’oublier les noms de domaines proches du sien. Non seulement on cours le risque de voir son site Internet parasité (il y a quelques années france2.com renvoyait sur un site X) mais l’internaute cherchant une société ou une institution peut ne pas arriver sur le bon site ou ne pas atteindre du tout sur le site (page d’erreur 404 quand on oublie un tiret sur un nom de domaine composé. Exemple : ainsi il faut réserver nomdedomaine.fr mais aussi nom-de-domaine.fr / nomde-domaine.fr etc… et bien sûr penser à rediriger l’ensemble vers le bon site Internet).

Il est plus que recommandé de veiller particulièrement à la protection de ses noms de domaines et dérivés pour ne pas subir de dommages soit en terme d’image de marque soit en perte de notoriété. Cette protection passe souvent par la réservation d’un grand nombre de noms de domaines afin de palier aux éventuelles fautes d’orthographe dans le nom de domaine par exemple et cela est d’autant plus important que le nom de domaine est long (ainsi le site rueducommerce.com a réservé les erreurs possibles comme l’absence d’un « m » dans son nom).

Le coût de la réservation, même d’un nombre important de noms de domaine, sera toujours moindre que celui du dommage subit lors d’une usurpation d’identité (comme le cas de france2.com) ou du coût d’une action juridique (comme ce fût le cas dans l’affaire darti.fr).

sit fringilla libero massa sem, libero elementum